Présentation

Action Escrime Thônex est une association qui diffuse la pratique de l'escrime pour tous.

Les cours et interventions sont donnés en priorité pour les enfants et les jeunes qui souhaitent s'investir dans un sport passionnant doté d'une diversité et d'une richesse éducative incontestable.

L'association est créée le 27 Mai 2021 suite à un investissement important de la part des enfants, de leurs parents et du Maître d'armes principalement sur la commune de Thônex et Puplinge.

L'association valide son affiliation à la Fédération d'escrime Swiss Fencing en avril 2022.

Cours pour les enfants:

4-6 ans

7-12 ans

12-16 ans 

Merci de vous référer au planning suivant:



Présentation de l’escrime

Qu’est ce que l’escrime ?

Pratique sportive emblématique de l’époque chevaleresque, l’escrime est devenue, au cours de ces derniers siècles, un sport physique et intelligent ainsi qu’une pratique artistique et de loisir. En effet, l’escrime permet à ses pratiquants de s’épanouir en suscitant leur goût pour l’effort. La réflexion ainsi que le sens de l’observation sont mis à l’épreuve tout en assouvissant leur penchant naturel au combat.

Trois armes pour la pratique sportive

En escrime il existe trois armes différentes : le fleuret, l’épée et le sabre. Chacune de ces armes a sa propre histoire, règle et manière d’utilisation. A toutes les armes, un système électrique détecte les touches :

Le fleuret


 
Au fleuret, il faut toucher son adversaire avec la pointe de la lame : c’est une arme d’estoc. La zone valable exclut les membres et la tête, c’est à dire que pour qu’une touche soit valable et rapporte un point, elle doit être portée sur la zone du tronc.
Les assauts au fleuret sont soumis à des règles de priorité. Pour simplifier, disons que pour qu’une touche valable rapporte un point, il faut que le tireur l’ayant porté ai la priorité.
Un tireur a la priorité s’il a lancé son attaque en premier ou s’il a effectué une parade de l’attaque adverse avant de lancer sa riposte.
C’est alors grâce à cette règle que l’on peut déterminer le tireur marquant un point en cas de touche simultanée. Si aucun des tireurs n’a la priorité, aucun point n’est accordé. Afin de distinguer les touches valables des touches non valables, l’équipement du fleurettiste comporte une cuirasse conductrice qui couvre la zone valable.


L’épée


 
L’épée est aussi une arme d’estoc comme le fleuret. Mais, contrairement au fleuret, les assauts ne sont pas soumis à des règles de priorité: c’est le premier qui touche qui marque le point. Dans le cas des touches simultanées, les deux tireurs reçoivent un point. La zone valable est constituée de tout le corps.
Les assauts à l’épée se rapprochent extrêmement de ceux se déroulant il y a quelques siècles lors de duels.


Le sabre


 
Au sabre, on observe à peu près les mêmes règles de priorité qu’au fleuret. Toutefois, cette arme est différente des deux autres puisqu’il s’agit d’une arme de taille et d’estoc, c’est à dire que la totalité de la lame peut servir à porter une touche. La zone valable est le haut du corps (au dessus de la ceinture), elle est recouverte d’une cuirasse conductrice et le masque est lui aussi conducteur.


Une arme ancienne...


La rapière


  
La rapière est une épée longue et fine, à la garde élaborée, à la lame flexible, destinée essentiellement aux coups d'estoc. La rapière, même si elle n'est pas faite pour trancher un homme en deux, est affûtée, et peut causer de sérieuses entailles si un coup à la volée atteint l'adversaire. Seules les épées de cour (et certaines grandes épées de guerre du XVe ou XVIe siècle) ont des lames uniquement destinées à l'estoc, lames qui sont d'ailleurs de section ronde, carrée, triangulaire ou de toute autre forme qui la prive de tranchant.